Contactez-nous au 01.83.75.81.10 de 9h30 à 13h et de 14h à 17h30 prix d'un appel local

Violences conjugales et confinement

Depuis la période de confinement nous assistons à une recrudescence des violences conjugales. Quelles-sont les violences conjugales ? Que faire dans cette situation pendant le confinement ?

Les violences conjugales pendant le confinement

La période de confinement est malheureusement propice à une recrudescence des violences conjugales. En effet, la cohabitation devenue obligatoire exacerbe les tensions dans les couples. Le fait de ne pas pouvoir sortir multiplie le passage aux actes violents etfait perdurer la violence au sein du couple.

Les violences conjugales peuvent être d’ordre psychologiques, comme des insultes, des menaces, un harcèlement moral. Elles peuvent être aussi physiques entraînant des coups et des blessures. Les violences peuvent également être d’ordre sexuel, le viol, des attouchements. Même lorsque qu’un couple est marié ou pacsé le viol existe.

Le fait d’être confiné éloigne les contribuables des juridictions. Les personnes maltraitées ont déjà parfois du mal à sortir du silence en temps normal. Pendant cette période dite exceptionnelle, cela peut devenir encore plus difficile.

La Garde des sceaux, Nicole Belloubet a réaffirmé dès le début du confinement le caractère prioritaire du traitement des violences.

Les moyens de lutte contre les violences conjugales pendant le confinement

Un dispositif d’alerte a été mis en place avec la coopération des pharmacies.Les victimes de violences conjugales pourront signaler les agissements répréhensibles afin que ces derniers puissent alerter les forces de police amenées à intervenir en urgence. Si leur conjoint violent est avec elle, la victime peut utiliser un code, comme par exemple : « masque 19 ».

La police peut également émettre des interdictions d’approcher le domicile pendant 15 jours. Après ces 15 jours, cette mesure sera ou non entérinée par la justice.

Des centres d’accompagnement sont mis en place dans des centres commerciaux à l’entrée d’hypermarchés.

Les associations de terrain sont également actives et peuvent être contactées.

Il est possible en outre de faire appel à un avocat pour mettre en place une procédure civile d’urgence afin d’obtenir une ordonnance de protection. En effet selon l’article 515-9 et du Code civil : « Lorsque les violences exercées au sein du couple, y compris lorsqu’il n’y a pas de cohabitation, ou par un ancien conjoint, un ancien partenaire lié par un pacte civil de solidarité ou un ancien concubin, y compris lorsqu’il n’y a jamais eu de cohabitation, mettent en danger la personne qui en est victime, un ou plusieurs enfants, le juge aux affaires familiales peut délivrer en urgence à cette dernière une ordonnance de protection. »

Cette ordonnance de protection permet ainsi au juge aux affaires familiales de protéger en urgence la victime de violences conjugales en interdisant tout contact ou expulsant le conjoint violent. Elle peut aussi statuer sur les mesures relatives aux enfants.

A savoir : le site gouvernemental www.arretonslesviolences.gouv.fr permet de signaler des violences et de bénéficier d’assistance et de conseils, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

En outre, le numéro 3919 « Violence femmes info » est opérationnel pendant le confinement.

 

Divorcez à partir de 300€* TTC / Époux

 

RAPIDE

Un divorce par consentement mutuel est généralement enregistré en 1 à 3 mois.

SIMPLE

Un divorce sans juge enregistré par un notaire.

ÉCONOMIQUE

Nos tarifs sont fortement concurrentiels et nous offrons des prix fixes.