Quelle procédure choisir : divorce pour faute ou divorce amiable ?

Posée par émilie,

Bonjour Maitre,



à peu près la même question mon mari a quitter le domicile conjugal depuis le 6 juin et aujourd’hui hui il me propose de faire un divorce à l'amiable.

Sachant que j'ai déjà engagé une requête de divorce avec une avocate.

Déjà je subissais des violences physiques , des certificats médicaux donc je souhaiter faire un divorce par faute mais l'avocate trouve mon dossier léger et qu 'il n y a pas une grande différence entre un divorce par faute ou par consentements des 2.

que puis je perdre avec un divorce amiable?

Sachant que je travaille pas et que j'ai pas d'appartement à mon nom, et on est marié sous le régime de séparation de biens, mon mari travaille et possède une maison à son nom?

Peut il avoir donc la garde des enfants?

Comment je peux en profiter de son départ du domicile conjugal dans mon dossier sachant que mon avocate ne le prend pas en considération?

Merci d'avance pour vos réponse.

Divorcez en 1 mois à partir de 240€* TTC / Epoux
Devis gratuit et immédiat dans toute la France
La réponse du Cabinet OMER
il y a 3 ans
Bonjour Madame,

Si vous choisissez le divorce par consentement mutuel, vous perdez la possibilité d'invoquer les fautes de votre conjoint. Vous ne pourrez pas vous fonder sur ces fautes pour justifier vos demandes - ce qui peut avoir une incidence sur la garde des enfants, par exemple. Mais si vous disposez de peu de preuves, les fautes sont difficiles à soutenir.
Le divorce par consentement mutuel dispose de certains avantages : il est plus "pacifique", donc plus simple, plus rapide et moins coûteux. Ce qui, dans une relation difficile et avec laquelle vous souhaitez finir, sont des avantages non négligeables.

Assurez-vous que l'entente avec votre mari est possible : il vous propose la procédure, il est donc, normalement, enclin à divorcer et à négocier avec vous ses conséquences. Mais il faut que vous soyez (presque) sûre qu'il ne va pas ensuite vous compliquer la tâche, et donc ralentir la procédure.

Pour être sûre que vous intérêts soient bien défendus, conservez votre propre avocate, et ne prenez pas d'avocat commun. Cette solution est idéale quand les conjoints conservent de bonnes relations ou au moins peuvent communiquer sans conflit. Compte tenu de la situation que vous décrivez, il sera plus sûr pour vous d'avocat un avocat qui vous aide dans les négociations (ce qu'un avocat commun ne peut pas faire, puisqu'il représente les deux époux).