Ai-je un risque de perdre ma carte de résident en divorçant ?

Posée par zyane,

bonjour

je suis algerien je suis marié en france en mai 2012 ma femme demande le divorce

apres 3anset demie de mariage , ma question est je risque de perdre ma carte de resident de 10ans que je l'ai obtenue acause de mariage ? en cas de divorce

Merci

La réponse du Cabinet OMER
il y a 3 ans
Bonjour Monsieur,

Effectivement, plus que le divorce, la fin de la vie commune peut mettre en péril votre carte de résident.
En effet, il faut en principe justifier au moins quatre années de vie commune à compter de la célébration du mariage pour que vous puissiez conserver votre carte de résident malgré un divorce.

Mais des exceptions sont également reconnues et pourraient vous permettre de garder votre carte de résident malgré le non respect de ce délai :
- être victimes de violences graves
- la naissance d'un enfant sur le sol français
- une présence ancienne sur le sol français avec des liens familiaux stables

Il est préférable de consulter directement un avocat spécialisé à qui vous pourrez exposer les détails de votre situation (travail, famille, enfants, ect.) et qui pourra vous indiquer les solutions ou démarches à faire.


Formulaire de devis gratuit et immédiat

Chargement en cours ...

Les informations que vous nous communiquez sont soumises au secret professionnel. Elles sont strictement nécessaires à l'établissement d'un devis détaillé et adapté. Elles seront enregistrées par le CABINET OMER et analysées uniquement au sein du service concerné par votre problématique. Le devis est établi par un logiciel édité et hébergé, en marque blanche, par un prestataire de confiance du CABINET OMER.

À ce titre, nous vous rappelons que vous disposez de Droits Informatiques et Libertés sur les données vous concernant (accès, effacement, opposition, etc.) et que vous pouvez les exercer à tout moment et gratuitement en contactant notre Délégué à la Protection des Données à l'adresse suivante : dpo@cabinetomer.fr. Les données seront conservées durant un délai de trois (3) ans, sauf en cas de contractualisation et sous réserve de l'exercice du droit à l'effacement par la personne concernée.

En savoir plus sur notre Politique de gestion des données personnelles.